Le Geotop - Offres d'emploi et de projets

facebook-icon   twitter

Offres d'emploi et de projets

Poste de professeur en géochimie des isotopes radiogéniques

Département des sciences de la Terre et de l'atmosphère, Université du Québec à Montréal

L’UQAM recherche des candidates et candidats qualifiés afin de renouveler son corps professoral et assurer un développement de qualité dans tous les domaines d’activités.
L’offre s’adresse à des candidates ou candidats possédant un doctorat, ayant de l’expérience en enseignement et recherche et souhaitant développer un programme de recherche en géochimie des isotopes radiogéniques. Des applications en pétrologie des roches ignées, géologie économique ou en géochronologie U-Pb constituent un atout sans être exclusives.

Lire la suite...

Projet de maîtrise disponible

Groupe de Recherche sur la Dispersion des Homininés

L’équipe HDRG est à la recherche d’un(e) étudiant(e) motivé(e) pour faire une analyse critique de reconstructions paléoenvironnementales proposées pour la dernière Ère glaciaire à l’aide de modélisations de végétation (BIOME) et de données palynologiques (marines et terrestres) pour l’Europe de l’Ouest. Ce projet pourrai faire l’objet d’un mémoire de 2ème cycle en Sciences de la Terre. Un financement partiel sera proposé. Une formation préalable en modélisation spatiale et/ou en “R” serait un atout. S’adresser à: Dre. Anne de Vernal (Sciences de la Terre, UQAM)

Plus de détails à http://www.hominindispersals.net/grdh/

Offre de thèse de doctorat en hydrogéologie – géothermie

Validation expérimentale d’un modèle thermo-hydro-géochimique de puits à colonne permanente. Approches géochimique et isotopique.

Les puits à colonne permanente (PCP) sont des systèmes géothermiques de basse température (jusqu’à 500m de profondeur) qui utilisent l’eau souterraine comme fluide caloporteur afin de chauffer et climatiser des bâtiments. Ce faisant, ils sont jusqu’à trois fois plus efficaces que les systèmes géothermiques de basse température traditionnels, tels que les puits en boucle fermée qui représentent 90% des installations au Canada. Les PCP permettent également de réaliser d’importantes économies tant au niveau de la construction (2 à 5 fois) que des frais d’exploitation (de l’ordre de 100 000 kWh/an par puits). D’autre part, au-delà des gains financiers associés aux PCP, leur réel potentiel réside dans leur capacité à être intégrés aux bâtiments déjà construits en zones urbaines denses où l’installation de puits en boucle fermée n’est pas possible. Néanmoins, malgré leur potentiel élevé, les PCP sont peu utilisés au Canada en raison notamment des risques géochimiques potentiels inhérents à l’utilisation de l’eau souterraine en milieu carbonaté, telles les régions de Montréal et de Toronto.

Lire la suite...